---------------------------------------- ----------------------------------------
view counter
Newsletter n° : 225 du 14/03/2016

Illustration

Les industries mécaniques enregistrent un chiffre d’affaires de 121,8 milliards d’euros, en progression par rapport à 2014 (+ 1,2 %). Ces chiffres intègrent pour la première fois les chiffres de la Fédération Forge Fonderie. A périmètre comparable, la progression serait de 1,3 %.

Après un premier semestre faible, dû principalement à un recul de leur activité à l’international, les industries mécaniques françaises ont vu leurs prises de commandes s’améliorer notamment au 4ème trimestre grâce à l’effet du suramortissement. Cette amélioration globale de l’activité a été enregistrée tant en France, qu’à l’international. Le marché intérieur a enregistré une faible progression de 0,5 % sur l’année.

Les industries mécaniques ont connu en 2015 des évolutions différenciées en fonction des secteurs clients. Les secteurs liés à la construction et à l’agriculture ont souffert particulièrement en France mais aussi à l’international. A contrario, les filières aéronautique et automobile ont été particulièrement dynamiques. D’une manière générale, les entreprises ont souhaité augmenter leur productivité en améliorant leur outil de production (même si les taux d’utilisation des capacités de production sont restés en deçà de leur niveau de longue période, autour de 80 %).

La mécanique française reste au 6ème rang mondial derrière la Chine, les États-Unis, le Japon, l’Allemagne et l’Italie. Les effectifs des industries mécaniques, premier employeur industriel de France, ont diminué en 2015 de 1,7 % et passent de 640 400 à 629 000 salariés (environ 21 % de l’emploi industriel). Ce recul s’explique par le manque de visibilité des entreprises mécaniciennes sur leurs carnets de commandes en France comme à l’international. En cas de besoin, elles ont privilégié l’intérim et les contrats CDD.

view counter