view counter
Newsletter n° : 277 du 09/10/2018

Illustration

Et si l’on utilisait la rétro-ingénierie pour accélérer la réparation des pièces endommagées des navires ? C’est la démarche de la société hollandaise Marinebedrijf Koninklijke Marine pour remplacer les prises de cotes avec des instruments de mesure pas toujours précis. Celle-ci assure la maintenance de tous les bâtiments de guerre et sous-marins de la Marine Royale Hollandaise, ainsi que des frégates de la Marine Belge. La société crée également des nouvelles pièces pour ces navires, de la coque aux systèmes d'armement et aux moteurs, notamment grâce à des scanners 3D.
Quand ils n'ont pas de données 3D ou de dessins de la pièce, Marinebedrijf Koninklijke Marine utilise les scanners 3D Artec Eva et Space Spider pour créer une image 3D de l'objet. Le scan est employé pour faire la rétro-ingénierie de l'objet. La pièce est ensuite copiée en utilisant les techniques d'impression 3D, le fraisage 3 et 5 axes ou la soudure 3D.

Les articles des newsletters

view counter