---------------------------------------- ----------------------------------------
view counter
Newsletter n° : 283 du 22/01/2019

Illustration

Gryp est une jeune entreprise installée à côté de Bordeaux qui propose ses services pour imprimer en 3D des pièces détachées pour des voitures de collection. L’idée est de répondre à deux défis pour la restauration de véhicules de collection. Premièrement la rareté et la fin de production de certaines pièces détachées. Deuxièmement, la spéculation sur le marché de ces mêmes pièces. Pour Gryp, l’impression 3D est la solution idéale pour répondre à ces enjeux. Elle permet dans un premier temps la réalisation de petites et moyennes séries, en se libérant de la contrainte financière de fabrication d’un moule pour injection, qui supprimerait toute rentabilité éventuelle. De plus, l’impression 3D rend possible la reconception des géométries, parfois fragiles à cause des contraintes de réalisation, par le biais de l’injection plastique (épaisseur de matière constante), en renforçant celles-ci aux endroits voulus.
Le choix de la start-up s’est porté sur la machine Markforged Mark Two. C’est notamment la qualité de l’état de surface des pièces imprimées qui a fait pencher la balance pour cette solution. Selon les deux créateurs de Gryp, elle est supérieure à bien d’autres machines comparables du marché exploitant la technique FDM . « L’imprimante tourne en moyenne 6 à 8 h par jour pour des pièces de petite taille. Les pièces finales demandent une bonne résistance et de la précision sur des parties fines, telles que des ergots de fixation. En effet, la matière même sans ajouts de fibres spécifiques, offre des caractéristiques extrêmement intéressantes. L’ajout de fibre permet, quant à lui, de donner des propriétés mécaniques comparables à certains alliages, tout en réduisant significativement le poids des pièces » rajoute l’un des fondateurs de Gryp.

Les articles des newsletters

view counter