view counter

PLM

Newsletter n° : 263 du 20/02/2018

Illustration

Corporate Knights, magazine de la presse économique américain, classe Dassault Systèmes au premier rang des sociétés les plus performantes au monde en matière de développement durable.

Newsletter n° : 263 du 20/02/2018

Illustration

Aras rachète l’activité MRO (Maintenance, Repair and Overhaul) de la société Infospectrum pour étendre la continuité numérique jusqu’à l’exploitation des produits sur le terrain. Cette acquisition permet à l’éditeur d’offrir aux industriels et à leurs clients une gamme de fonctionnalités complémentaires visant à la fois le développement et la maintenance de leurs produits.

Véhicule autonome : l'indispensable gestion de configuration

Voir le PDF

La plupart des constructeurs automobiles annoncent des véhicules autonomes et connectés dans les cinq ans. Pour ces projets, les solutions PLM et la gestion de Configuration des véhicules sont des clés indispensables à leur développement.

 

Véhicules autonomes : la course est engagée

Les acteurs historiques du secteur automobile, en collaboration avec des acteurs du numérique, communiquent beaucoup sur la toile et dans les médias sur le véhicule autonome et connecté de demain. Renault, avec son plan « Drive The Futur » , envisage de commercialiser un véhicule autonome de niveau 4 sur 5 d’ici 2022, si la régularisation le permet. Le niveau 4, appelé « Mind off » , permet au conducteur de vaquer à ses occupations sans se préoccuper de la route. PSA lance son plan AVA « Autonomous Vehicle for All » . Audi présente un concept car directement conçu sans pédales ni volant. General Motors a produit 150 véhicules autonomes dédiés aux tests sur des lignes de production en masse. Faurecia investit sur le cockpit du futur. Valeo crée un centre mondial de recherche dédié à l’intelligence artificielle et à l’apprentissage profond (deep learning). Les initiatives à ce sujet sont nombreuses et nul ne doute de la course déjà engagée sur ce volet.TOUS ET TOUTES CONNECTÉS

En parallèle, les habitudes liées à la digitalisation du monde qui nous entoure, doivent être reconsidérées quotidiennement. En tant que conducteur, êtes-vous prêt, pour chaque mise à jour d’une application de votre véhicule, à vous rendre chez un concessionnaire ? Evidemment, non. En revanche, vous souhaitez disposer des dernières versions disponibles et compatibles avec votre système embarqué. De même, vous êtes très peu à envisager d’acheter un véhicule neuf sans aucune fonctionnalité « connectée » . Si vous êtes prêt à y renoncer, sachez que la législation imposera tout de même une fonctionnalité obligatoire sur les véhicules qui seront commercialisés à partir d’avril 2018 : le système d’appel d’urgence automatique, eCall. C’est le début des véhicules connectés pour tous, et la métamorphose en un objet communicant. Les constructeurs ou équipementiers, font donc d’ores et déjà face à des problématiques PLM et Gestion de Configuration sur le véhicule connecté d’aujourd’hui.

Accompagner cette transformation par le PLM et la gestion de configuration

Les véhicules sont devenus des réseaux complexes et possèdent une centaine d’unités de contrôle électronique (pour la gestion de l’ABS, du tableau de bord, des aides à la conduite, des caméras, des accès comme les hayons mains libres, etc.), alors qu’ils n’en possédaient que quelques-unes la décennie précédente et principalement pour commander des actionneurs moteur. Le premier constat est évident : il faut un PLM robuste pour supporter l’accroissement du nombre de références mais également leur classification : les références d’éléments physiques et les références d’éléments virtuels (logiciel, calibration, etc.).

Le second constat ne l’est pas moins : l’augmentation exponentielle du nombre de logiciels dans un véhicule et les enjeux économiques associés accentuent la nécessité de convergence entre Application Lifecycle Management (ALM) – gestion du cycle de vie d’une application, d’un système logiciel – et Product Lifecycle Management (PLM). Les chiffres divergent quelque peu selon les études mais les logiciels devraient représenter environ 50% du coût total du véhicule en 2020 contre 35% en 2015.

Maitriser les aspects matériel et logiciel

Prenons l’exemple du régulateur de vitesse : lorsque vous l’enclenchez, vous appuyez sur un bouton qui va transmettre votre exigence de vitesse vers le tableau de bord, pour signaler la bonne prise en compte, et vers une unité de contrôle qui effectuera les corrections sur le régime moteur. Il est évident que ce système commun possède en fait plusieurs sous-systèmes qui doivent fonctionner ensemble, sous la responsabilité de plusieurs équipes multidisciplinaires : c’est là que l’ALM intervient. Le challenge consiste maintenant à déployer une stratégie d’entreprise mettant en oeuvre des processus et un outil de Lifecycle Management qui permet une collaboration transparente entre les deux périmètres, à la fois logiciel et matériel. Tandis que le PLM historique concerne le produit physique, l’ALM se doit de supporter la cohérence de la partie système logiciel, pour exploiter ce produit. Enfin, le PLM/ALM doit revoir son processus d’Entreprise Etendue pour s’adapter à son nouvel écosystème et au changement de business model. C’est évident, la relation historique entre donneurs d’ordres et équipementiers est désormais modifiée par les acteurs du numérique. Les cartes ont été rebattues et la maîtrise de la propriété intellectuelle devient un enjeu clé pour les sociétés au coeur de ces nouveaux partenariats. Par exemple, la protection des lignes de code de logiciel est essentielle, en particulier pour la cible du véhicule autonome, alors que les fonctionnalités associées à ce logiciel seront à la disposition du grand public une fois le véhicule dans la rue.

Gérer la configuration logicielle en service

De même, la Gestion de Configuration doit s’adapter pour maitriser les nouvelles fonctionnalités de connectivité et de systèmes intégrés proposées sur les véhicules. Déjà présente dans le secteur automobile, principalement pour les pièces physiques, elle doit dorénavant prendre en compte les logiciels et leurs dossiers de configuration associés (dossier de description de la configuration du logiciel). Ces dossiers sont nécessaires pour adapter ou personnaliser le fonctionnement des logiciels, ainsi qu’assurer leur cohérence avec la partie matérielle qui les alimente et les commande. Ces questions de compatibilité se posent très fréquemment, en grande partie parce que le cycle de vie du logiciel est bien plus court que celui du matériel.

De plus, il ne suffit plus de maîtriser la configuration au moment de la production du véhicule mais bien sûr son cycle de vie complet : gérer la configuration logicielle pour un véhicule en service, va prendre de plus en plus d’importance. En effet, la technologie OTA (Over The Air), qui permet la mise à jour des logiciels à distance sur les véhicules, est une cible stratégique pour tous les constructeurs. Elle est portée par trois facteurs principaux : la satisfaction client, le coût des campagnes de rappels/ du service après-vente et les risques liés à la cybersécurité. Cette technologie, qui se doit d’être opérationnelle au plus vite, a pour objectif de fournir les dernières versions de logiciel disponible, mais également de proposer aux clients de nouveaux services initialement inexistants en activant des prestations. Elle impose donc aux constructeurs de maîtriser les versions des logiciels montés sur le véhicule, la configuration des hardwares qui les hébergent, leur potentiel de mise à jour ainsi que leurs relations avec l’ensemble des autres systèmes embarqués. Les processus de gestion des changements et d’analyse d’impacts doivent être accomplis et fiables.

Bien qu’à très court terme la croissance de la technologie OTA pour l’automobile soit majoritairement portée par l’infodivertissement (navigation, musique, téléphonie, etc.), donc la mise à jour de logiciels isolés des fonctions de conduite, il est capital de maîtriser via la Gestion de Configuration les interactions entre les articles de nature physique et les articles de nature virtuelle (intangible, tels que les logiciels). En effet, les systèmes embarqués influent directement sur les pièces physiques et sont consommateurs de leurs caractéristiques techniques (par exemple, le système d’aide au maintien dans la voie de circulation déjà largement industrialisé, doit connaître les caractéristiques mécaniques de la direction).

Les démarches d’ingénierie telles que le PLM et la Gestion de Configuration, apparues au siècle dernier, continuent à démontrer leur efficacité et leur nécessité. Elles sont clés pour supporter le développement du véhicule connecté, qui réorganise drastiquement le secteur automobile, et sont déjà au coeur du développement du véhicule autonome.

Newsletter n° : 262 du 06/02/2018

Illustration

Toujours de la croissance en 2017 pour Dassault Systèmes qui affiche + 7% de chiffre d’affaires pour atteindre 3,242 milliards d’euros. L’éditeur note une forte augmentation de ses revenus provenant de nouvelles licences logicielles.

Newsletter n° : 262 du 06/02/2018

Illustration

« Transformation digitale et Plateforme d’Innovation Produit », tel est le titre du dernier livre blanc publié par l’éditeur Aras. Face à cette révolution numérique qui secoue l’industrie, Aras pose le PLM, et sa solution Aras Innovator, comme un socle indispensable pour répondre à cet enjeu. Téléchargement gratuit.

Newsletter n° : 261 du 23/01/2018

Illustration

Deux nouvelles concomitantes de Dassault Systèmes qui annoncent un partenariat technologique avec la société des sciences et technologies aérospatiales de Chine (CASC) et la collaboration avec Toyota Motor dans le domaine du marketing digital. Dans le premier cas, CASC a choisi la plateforme 3DExperience pour soutenir sa transformation numérique et développer ses programmes spatiaux.

Newsletter n° : 259 du 19/12/2017

Illustration

Le cabinet d'études Forester vient de classer Aras comme "Leader" sur son marché du PLM. Dans sa dernière étude, l'analyste américain annonce que c'est l'éditeur qui a obtenu la meilleure note dans plusieurs catégories : la vision produit, la facilité de mise en œuvre et l'évolutivité de la plateforme, le niveau de paramétrage et la flexibilité, et la gestion des nomenclatures (BOM).

Newsletter n° : 256 du 07/11/2017

Illustration

Groupe international basé à Toulouse, Actia est spécialisé dans le développement de systèmes embarqués électroniques pour les secteurs automobiles et les Télécoms. Il vient de choisir Aras comme fournisseur de logiciel pour son PLM d’entreprise. Celui-ci sera déployé d’ici 2018 avec l’aide de l’intégrateur Cimpa, et concernera dans un premier temps 4 structures en France, Tunisie et Suède.

Newsletter n° : 256 du 07/11/2017

Illustration

Rehau Automotive, un équipementier automobile, adopte en standard les solutions QMS (Quality Management System) et MES (Manufacturing Execution System) intégrées à l’offre PLM de Siemens pour digitaliser son ingénierie et la fabrication de ses produits.

Newsletter n° : 255 du 24/10/2017

Illustration

KTM, le fabriquant autrichien connu des motards pour ses machines plutôt pointues, vient de déployer ThingWorx Navigate de PTC. Fondée sur les rôles, cette solution permet de gérer les données à l'échelle de l'entreprise et d'accéder aux données Windchill pertinentes de chaque département. Notons que l’entreprise était déjà utilisatrice des logiciels de CAO Creo et de PLM Windchill de PTC.

view counter