IAO simulation

2 M DE DISTANCE : LA SIMULATION EST FORMELLE…

La simulation numérique montre que les mesures de distanciation sociales prônées par le gouvernement sont insuffisantes pour être vraiment efficaces.

Ansys et plusieurs de ses partenaires spécialisés dans les domaines du médical, de la biologie ou encore du sport ont réalisé différentes modélisations autour des problématiques du Covid19. Premier résultat, il faut respecter une distance minium de 2 m entre 2 personnes statiques, soit le double de la distance actuellement recommandée. En effet, la simulation démontre que les gouttelettes d’une toux peuvent être expulsées jusqu’à 28 m de distance… Mais qu’au-delà de 2 mètres le risque diminue drastiquement. Les coureurs devraient quant à eux respecter une distance de 3 mètres minimum et les cyclistes de 10 mètres !

Les travaux de l’éditeur ne s’arrêtent pas là. Ses solutions de CFD ont été utilisées pour de multiples simulations : l’usage des masques, la décontamination des salles et installations publiques, la production de vaccin en très grande quantité, l’optimisation de la conception des ventilateurs artificiels ou encore la diffusion de médicaments par inhalation.

Pour les masques, par exemple, correctement ajustés au visage et pincés au niveau du nez, ils peuvent diviser par 6 les risques de contamination des personnes saines. InSilicoTrials Technologies, partenaire d’Ansys, a, de son côté, montré comment optimiser le positionnement des aérosols de décontamination dans les lieux clos pour une efficacité maximum. On terminera par l’un des plus grands défis que va devoir affronter l’industrie manufacturière : la production en milliards d’unités de vaccins, lorsque celui-ci sera prêt. Et là encore la simulation fluidique a permis de modéliser les conditions de mélange au sein des réacteurs chimiques et la montée en cadence des unités de production.

Tous ces travaux ont été menés sur la base de travaux existants, à la foi virtuels et testés en conditions réelles, afin d’assurer une vérification des calculs et une validation des modèles numériques adoptés. « La propagation de gouttelettes, leur distribution dans l’air, les phénomènes d’évaporation, les conditions aérologiques environnantes… sont aujourd’hui maîtrisés par les spécialistes de la modélisation » explique Thierry Marchal Directeur Santé au sein d’Ansys. « Nous avons coordonné les travaux menés par de nombreux spécialistes issus des CHU, des académies de médecines, des Universités, des laboratoires de R&D, etc. pour aboutir à un ensemble de résultats robustes et fiables ».

Les objectifs de ces « simulations Covid 19 » ? « En premier, diffuser une information visuelle didactique sur les gestes de protection à réaliser afin de limiter la propagation du virus. En second aider les industriels à développer le plus vite possible les équipements et vaccins les plus efficaces pour lutter contre la maladie. Enfin et surtout, parce que ce Coronavirus n’est pas le premier et ne sera pas le dernier, il convient de se préparer de manière beaucoup plus active à la prochaine pandémie » rajoute T. Marchal…

Ces articles peuvent vous intéresser :

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site.