Fabrication additive / Impression 3D

DES LUNETTES MAGIQUES POUR LES DYSLEXIQUES

La dyslexie touche 4 à 5 % des enfants par classe d’âge.
Elle se manifeste par un trouble d’apprentissage de la lecture, de l’écriture et de la grammaire.

Une jeune entreprise française vient de créer une paire de lunettes connectées capable de résoudre en grande partie ce problème.

Jeune entreprise bourguignonne, Abeye s’est associé à l’opticien Atol et l’Université de Rennes pour mettre au point ses lunettes Lexilens destinées aux enfants dyslexiques. Une difficulté d’apprentissage de la lecture et de l’écriture qui handicape environ 5 % d’une classe d’âge dans leur parcours scolaire.

Elles s’appuient sur les travaux de chercheurs français qui ont découvert que c’est dans une zone de la rétine appelée fovéa que se situerait l’origine de la dyslexie visuelle. Ce handicap serait dû à l’absence d’œil directeur, celui que l’on utilise par exemple pour viser, ce qui entraîne la création d’images miroirs dans le cerveau et l’incapacité de ce dernier à choisir la bonne image.

Les lexilens suppriment cette image miroir grâce à des filtres électroniques. Les verres s’activent par une simple pression sur un bouton qui met en fonctionnement le système électronique logé dans les branches. Le fonctionnement est donc fort simple, et ne dépend de la langue parlée.

L’électronique s’intègre directement dans les verres, la batterie miniature se cache dans la monture, le tout pour des lunettes les plus fines possibles. À l’école, votre enfant pourra les porter sans aucun inconfort. L’autonomie monte à 25 heures, et la recharge s’effectue par câble USB-C. Les tests en magasin affichent un taux de 75 % d’efficacité.

Seconde particularité des Lexilens, leur mode de fabrication par impression 3D. C’est le spécialiste Erpro qui a confectionné ces lunettes innovantes en utilisant la technologie Multi Jet Fusion développée par HP. La monture, qui pèse seulement 35 grammes, est imprimée entièrement en 3D, puis assemblée.

« La fabrication des lunettes Lexilens imprimée en 3D est exceptionnelle puisque c’est le premier produit multi-composants imprimé avec une telle complexité d’assemblage. Pas moins de 9 composants ! » commente Nicolas Aubert, Directeur de l’Impression 3D pour HP France.

« En effet, chaque composant imprimé en 3D ayant ses propres tolérances dimensionnelles, il faut composer avec une méthodologie de chaîne de cotations adaptées pour que ce puzzle 3D prenne forme », explique Loïc Cliquennois, R&D Project Manager chez Erpro Group.

L’étape de production s’est déroulée sur des imprimantes HP Multi Jet Fusion 5200 en utilisant le matériau PA11. Une fois sablées, les montures subissent un post-traitement : une partie de la monture est lissée via un processus physico-chimique et les autres composants sont tribofinis, puis teintés dans des bains spécifiques. Un clipoptique en option, permet d’apporter une correction à la vue si nécessaire.

Atol les Opticiens et Abeye commercialisent actuellement les lunettes Lexilens pour les enfants. Un modèle adulte sera développé courant 2021. Les lunettes sont disponibles à partir de 399 € TTC, dans les enseignes de l’opticien français.

Ces articles peuvent vous intéresser :